74 route du Val de Riou 13360 pont de l'étoile

La Violence, une forme de communication non verbale

La violence, une forme de communication non verbale… pourquoi?

Qu’est que la communication non verbale?

La communication non verbale est un langage définit et circonscrit par le corps en adéquation avec un ressenti, une émotion, une intuition. Et, ce langage « trahit »(dans le sens révéler) l’inconscient, ses souffrances, ses blessures et ses joies. Ainsi, Il est comme un traducteur instantané du moment vécut et de la manière dont il est vécu.

La communication non verbale est donc un artefact de lumière qui met en « lumière » entre autres : les déceptions, les émotions, les blessures.

Ainsi, Observer cette communication non verbale est riche de sens et d’opportunités, même si l’interprétation n’est pas toujours aisée. (Vous pourrez trouver plus d’informations à cette adresse)

Lors de l’enfance, la violence reçue, perçue par les enfants dans le cœur de leurs parents, ancre un fonctionnement bien eu harmonieux ou orthodoxe. Dans le sens orthodoxe, je veux exprimer la non-conduite du cœur.

 

Comment cela se traduit physiologiquement la violence dans le corps?

Dans l’expression de la violence existent des substances physiologiques bien peu connues. En effet, La violence ancre différentes réactions chimico-corporelles de l’ordre du petit syndrome de souffrance intrinsèque. De plus, Dans ce syndrome existent différentes phases de l’être en adéquation avec des souffrances vécues dans le passé et une alchimie dans le désir d’être entendu et libéré de cela.

 

La corrélation entre La violence, le sarcome de Kaposi et Le virus Herpès HHV8 :

Dans l’alchimie duelliste de la volonté d’être libéré et entendu dans ses souffrances se porte aussi parfois le sarcome de Kaposi, le lien avec le virus herpès HHV8 étant avéré, il manque désormais l’origine vibratoire à confirmer, ce que je fais.

En effet, la violence et ce virus sont en parfaites adéquations, la déficience immunitaire liée à ce virus ou rétrograde à ce virus ne sont pas asymptomatiques dans le monde vibratoire. En effet, il y a un défaut conséquent, et pas des moindres, à l’effusion sans cesse grandissante de ce besoin de libérer ce qui a englouti la forme vitale de l’individu. Ainsi, la violence et la colère intrinsèques à ces personnes n’a de cesse de croître, tant qu’elles ne seront pas entendues ou libérées.

 

Après cet aparté sur ce virus, je vais conclure cet article par l’épitaphe suivante :

« Dans l’être résonne des vibrations naissantes de renouvellement cellulaire, pour peu qu’on autorise la place à ces nouvelles énergies. »

 

Murielle

 

X