74 route du Val de Riou 13360 pont de l'étoile

La liberté et le Syndrome du Canal Étroit

Dans sa définition :

Le syndrome du canal étroit concerne la région lombaire basse et en particulier ce que l’on appelle la « queue de cheval », il s’agit d’une compression des racines nerveuses élargies du bas de la moelle épinière, à la jonction entre les fibres nerveuses isolées et la liaison avec la moelle épinière.

Le syndrome du canal étroit est une compression anormale et intrinsèque (auto-construction) de cette région des fibres nerveuses.

A quoi vous fait penser un cheval ? Le cheval est l’emblème, le porte-drapeau de la liberté. (en savoir plus sur l’animal totem du cheval)

Les Origines (ori-gènes) :

Il y a plusieurs origines à ce syndrome. Elles sont ori-gènes, c’est-à-dire qu’elles sont des perceptions génératrices d’un état.

La liberté : compression et décompression

La liberté est un droit, un acquit autorisé par la société, un consensus appliqué ou non, mais je ne partirais pas sur un sujet politique de notre environnement, car la liberté est une évidence intrinsèque à nous-même, la liberté est en nous, pour nous, pour tous.

Avez-vous déjà eu le sentiment de vous sentir comme pris dans un étau, comme si la vie se contractait en vous et vous resserrait dans vos entrailles ? Avez-vous déjà ressenti ce sentiment d’emprisonnement, qu’il soit émotionnel, rationnel ou autre ? Beaucoup de peurs surgissent de ces états d’être, comme la peur de manquer et peuvent générer de la colère, de la tristesse et un sentiment d’impuissance pouvant engendrer une forme de violence et d’auto-destruction ou auto-sabotage.

Ce sentiment d’emprisonnement est comme une compression qui pourrait s’apparentait à un big-crash, tout l’inverse d’un big-bang. C’est comme si ce sentiment d’emprisonnement nous comprimait au plus profond de notre être avant la grande explosion, avant la prise de conscience que cet emprisonnement est d’origine inconsciente et/ou émotionnelle. Ce sentiment est-il une limitation, une croyance? oui, il l’est.

La quête de la perfection.

Dans cette quête nous perdons souvent de vue l’essentiel : être. À travers l’être et non le faire, nous sommes déjà la perfection incarnée, l’imperfection est l’illusion du mental, de l’égo parfois troublé par des apparences et non des faits, des vérités.

 

Dans cette découverte j’ai compris que parfois notre inconscient, notre égo nous dirige vers une perception troublée de ce qu’est la vérité. La vérité est que nous sommes libres, profondément libres, cette liberté est déjà en nous et nous sommes souvent nos propres « enfermeurs », nos propres geôliers de ce qui nous semble, apparaît comme réel alors qu’il n’en est rien.

Dans ma quête de l’absolu, de la fusion avec l’univers j’ai acquis cet état d’être qui me permet d’intégrer et de comprendre certains concepts en les vivant comme expérience de transcendance. Alors oui, merci à moi, merci à l’univers de me permettre de le vivre, de l’intégrer et de le transmettre.

Je vous partage une vidéo sur la liberté, inspirez-vous de cette liberté d’être.

Je vous aime

Murielle

 

https://youtu.be/ZUhT0iiqrJY

X